LE ROTARY ET l’UNESCO

unescoparis

« Les guerres prennent naissance dans l’esprit des hommes,
c’est dans l’esprit des hommes qu’il faut élever les défenses de la paix »

En 1942, des Rotary clubs de 21 pays ont organisé une conférence à Londres à laquelle assistaient plusieurs ministres de l’éducation pour parler du développement de l’éducation, des sciences et de la culture au niveau international. Ce fut l’impulsion qui permettra de créer en 1945 ce qui est aujourd’hui l’UNESCO – l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

Depuis le Rotary entretient une relation de proximité avec l’UNESCO.

Car de fait, nous poursuivons l’un et l’autre le même objectif. L’UNESCO comme institution intergouvernementale et le Rotary International comme organisation de service privée. L’un et l’autre, nous concentrons nos efforts sur la paix, l’éducation, l’eau, la lutte contre la pauvreté et l’éthique.

Mais l’un et l’autre, nous restons indépendants de toute action politique et avons une approche adaptée pour chaque région en créant des modèles qui reflètent la diversité de nos organisations.

Depuis la création de l’UNESCO, le Rotary International a entretenu des relations régulières avec l’UNESCO et a été admis, en 1996, au statut d’ONG « en relations opérationnelles » avec cette agence des Nations Unies.

L’UNESCO a décidé en mars 2012, d’élever le statut de partenariat qu’elle avait avec le Rotary International à celui de ’’Statut d’Association’’. Parmi les quelques 400 Organisations non gouvernementales (ONG) ayant des relations officielles avec l’UNESCO, une soixantaine d’ONG ont obtenu le Statut d’Association..

Notre collaboration est très ancienne puisque elle a commencé avec le programme de reconstruction de la fin de la guerre 39-45 par des bourses octroyées par le Rotary et gérées par l’UNESCO.

Une convention a été signée par le Président du Rotary Luis Vicente Giay et le Directeur Général de l’UNESCO Frederico Major en 1996 visant à renforcer le partenariat entre les 2 organisations sur les priorités communes.

Une autre convention sera signée quelques années plus tard en 2003 sous la présidence de Jonathan Majiyagbe visant à mettre en place un partenariat des districts et des clubs avec les commissions nationales de l’Unesco sur l’éducation, l’eau et la lutte contre la pauvreté. Il y a 123 commissions nationales, le premier relai  de l’action  sur le terrain de l’UNESCO.

L’UNESCO d’abord puis la commission nationale apportent leur patronage au concours national d’éthique professionnelle organisé par les districts français et la conférence des grandes écoles depuis 2005.

Depuis 2012, la Fondation Rotary finance des étudiants de l’Institut de l’eau de l’UNESCO à Delf pour former des spécialistes en hydrologie dans les pays en voie de développement 16 bourses annuelles les premières années.

unesco-ihe

Remise des diplômes à la première promotion des boursiers du Rotary à l’UNESCO-IHE.

Intervention de Cyril NOIRTIN lors de la séance plénière de la conférence générale de l’UNESCO en novembre 2017

Le Rotary a été représenté dans le bureau du comité de liaison ONG/UNESCO (comme trésorier) au cours des 2 derniers mandats  2012/2016.  Le comité de liaison organise les relations de l’Unesco avec les ONG accréditées (forums internationaux, forums  des ONG, conférence générale).

A ce titre, le Rotary a pu s’exprimer devant le Conseil Exécutif de l’Unesco (le conseil d’administration) et pour la première fois cette année  devant les Etats membres réunis pour la conférence générale.

Le Rotary a été le  maitre l’œuvre du forum : « de la promotion à la construction de la paix »  à Querétaro au Mexique en 2016.

En 2013 à Albi s’est créée une association à l’initiative des clubs Rotary qui ont sur leur territoire un site du patrimoine mondial « clubs Rotary – Sites UNESCO » Cette association s’est déjà réunie à Albi, Fontenay, Carcassonne, le Havre et se réunira à Provins en 2017, Valenciennes en 2018, Gavarnie en 2019 et à Lyon en 2020.

Le comité interpays France USA a organisé le colloque en octobre 2016 « diplomatie paix et patrimoine culturel » avec le concours du ministère des affaires étrangères et de l’Unesco : le patrimoine mondial est un vecteur de paix et la préservation du patrimoine un enjeu.

Ces dernières années, ont été organisées par le Rotary avec la participation de dirigeants de  l’Unesco plusieurs conférences internationales :

  • En 2006 à l’UNESCO  avec le Président Carl Wilhelm Stenhammar « agir pour l’eau »
  • En 2008 à Cannes avec le président Wilkinson et les past présidents Stenhammar et Ravizza « la paix est possible »
  • En 2011 à l’UNESCO avec le Président Kalyan Banerjee « la culture de la paix : une vision partagée Rotary Unesco »
  • En 2015 à l’UNESCO avec le Président Gary Huang « construire la paix avec le rotary et l’Unesco, les initiatives de paix des comités interpays »
  • Et le Rotary Day qui va nous rassembler le 24 mars 2018 « le développement durable : l’impact du Rotary et de l’Unesco – s’investir dans le monde que nous voulons » avec le Président Ian Riseley.

Car atteindre les objectifs des Nations Unies pour le développement durable est sans nul doute un défi essentiel pour l’humanité et une formidable opportunité pour le Rotary de valoriser son identité et son image.

L’impact des représentants du Rotary auprès d’organisations internationales

Aux Nations unies, tout le monde sait que le Rotary, l’un des fers de lance de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la polio, a contribué à la réduction de 99 % du nombre de cas de polio dans le monde. Et ce n’est dû au hasard.

Depuis trois décennies, un réseau de représentants du Rotary renforce les liens de l’organisation avec les Nations unies, ses agences et de nombreuses organisations internationales comme la Ligue arabe ou l’Union européenne. Ils font un travail de surveillance et de plaidoyer auprès des plus importantes organisations internationales. Ils participent régulièrement à des manifestations à la Maison Blanche, aux sièges des Nations unies, de l’UNESCO, du Commonwealth et de l’Union européenne où ils organisent des réunions privées et des manifestations spéciales. Ces contacts ont permis d’améliorer la visibilité et les réseaux du Rotary sur la scène mondiale.

Le doyen des représentants Ed Futa entouré des représentants du Rotary auprès de l'UNESCO, Serge Gouteyron et Cyril Noirtin

Le doyen des représentants Ed Futa entouré des représentants du Rotary auprès de l’UNESCO, Serge Gouteyron et Cyril Noirtin.

Au fil des années, l’influence des organisations non gouvernementales grandit aux Nations unies, notamment dans les domaines de l’environnement, de la santé, de l’éducation et des droits de l’homme. C’est aussi le cas de celle du Rotary. Ses efforts dans les domaines de la santé de la mère et de l’enfant, de l’eau et de l’assainissement, et de l’éducation ont bénéficié de ces relations et ils recoupent plusieurs des Objectifs du millénaire pour le Développement des Nations unies.

Les administrateurs du Rotary International ont progressivement étendu le réseau des représentants pour inclure les agences des Nations unies à Genève, Vienne et Paris, ainsi que dans d’autres groupes internationaux comme le Programme Alimentaire Mondial, l’Union africaine, l’OCDE et du Commonwealth. Il compte aujourd’hui 30 membres du Rotary nommés par le président international qui communiquent régulièrement les priorités de l’organisation à ces différentes entités.

L’ancien secrétaire général du Rotary, Ed Futa,  occupe le poste de doyen des représentants. Il est en charge de fixer la direction et la stratégie des activités de sensibilisation du Rotary à l’égard de la communauté internationale.

La mission des représentants du Rotary auprès de l’UNESCO est de faire connaître les programmes, lignes de conduite et activités du Rotary International au sein des différents secteurs et départements qui composent cette agence.

Ils rencontrent ses dirigeants et son personnel dans le but de discuter de projets communs et des domaines potentiels de collaboration.

Ils les informent des activités du Rotary. Ils rassemblent des informations sur le développement de ces organes et sur les opportunités de collaboration locale.

De plus, ils participent aux manifestations du comité de liaison des ONG et à ses différents groupes de travail.

Enfin, ils assistent également aux différentes conférences de l’UNESCO pour promouvoir l’action et l’image Rotary et discuter des domaines potentiels de collaboration.

Si le Rotary peut apporter le soutien de son réseau mondial à l’UNESCO, celui-ci peut offrir à tous les Rotary clubs des opportunités nouvelles de service et l’appui de ses départements spécialisés.

En travaillant avec l’UNESCO, les clubs et district Rotary peuvent étendre leur impact et projeter de nouvelles actions notamment dans les domaines de l’éducation, du développement durable et de la promotion de l’éthique.